4-etoiles-millesime-degustation-vin-oenologie-cuisine-lorraine

Millésime 2017

Note Globale : 15/20

En général

Le millésime 2017 est d’un point de vue qualitatif plutôt correct dans la plupart des régions, toutefois il sera légèrement inférieur à 2016 et 2015.
Les gels de fin avril et un niveau de pluviométrie faible font que d’un point de vue quantitatif, la récolte est plutôt faible dans la plupart des régions.

Alsace/Lorraine/Champagne

Alsace :

En plaine, le gel et la sécheresse ont occasionné de petits volumes avec des pertes allant jusqu’à 30%. Quelques soucis de maturité qui peuvent donner des vins acides et un peu plus amers.

Sur les coteaux, la pente et les belles expositions ont permis d’élaborer de beaux vins minéraux. Les vins de terroir et les Grands crus devraient être de beaux vins de garde. Belles réussites sur les Rieslings de terroir et les Muscats.

Lorraine :

Gel en avril et grêle en mai ont fortement limité la production. Belle qualité sur les vins blancs secs.

Champagne:

Gel de printemps et pluie sur la fin de maturation, ont donné peu de quantité et des vendanges compliquées. Les vins à base de Chardonnay sortiront du lot sur ce millésime moyen. Peu de chance de trouver des cuvées millésimées.

Jura/Savoie

Jura :

Vu les fortes gelées de printemps, la production a été divisée par 2. Par contre une belle arrière saison a permis de rentrer des raisins sur de belles maturités qui donneront de beaux vins concentrés.

Savoie :

Peu de quantité de par le gel de printemps, mais, grâce à un bel été caniculaire, de belles qualités sur les Mondeuse, Gamay et Roussanne.

Bourgogne/Beaujolais

Bourgogne :

Beau millésime en général sur des quantités correctes. Chablis légèrement touché par les gelées présente de faibles quantités mais de belles qualités sur les crus. La Côte de Nuits risque d’être plus complexe à vinifier que la Côte de Beaune qui parfois est trop à la recherche de boisé. Meursault est au top. Dans le Sud, belles réussites dans le Mâconnais sur les blancs et la Côte Chalonnaise sur les rouges.

Beaujolais :

De belles qualités de vin sur les crus du Beaujolais avec une mention particulière pour Brouilly, Chiroubles et surtout sur Morgon à mettre en cave.

Côtes du Rhône

Le Nord n’a pas été touché par le gel, mais souffre d’un cruel manque d’eau. Préjudiciable aux raisins blancs qui donneront des vins riches mais avec une faible acidité, hormis sur les Saint Péray qui devraient être exceptionnels. Quant aux raisins rouges, sur ces millésimes solaires, on obtiendra des vins aux beaux tanins et avec de la matière. Beaux vins sur St Joseph et Hermitage.

Au Sud, les blancs quelquefois vendangés trop tôt sont très vifs, les rouges sont gourmands avec de faibles rendements. A conseiller les Chateauneuf du Pape sur les 2 couleurs, Cairanne et Rasteau.

Provence/Corse

Provence :

Sécheresse et gel, font que la plupart des vins blancs sont légers hormis chez quelques experts en vinification fines et sur des vignes d’altitude. Pour les rouges, le risque est d’avoir des vins trop tanniques, on trouvera de belles réussites en Bandol et en Côtes de Provence sur des extractions douces.

Corse :

Sécheresse de février jusqu’aux vendanges et canicule du mois d’août, ont fait de ce millésime le plus sec de ces 15 dernières années. Le secteur de Patrimonio affiche de belles réussites avec des potentiels de garde moins élevés que d’habitude. Un millésime propice aux petits vins et plus compliqué pour les AOC.

Languedoc Roussillon

Languedoc :

Moins touché par la sécheresse que les autres terroirs méditerranéens, grâce aux réserves d’eau du printemps, on trouvera de beaux vins rouges très concentrés sur les grandes appellations (Faugères, St Chinian, Corbières…) avec de beaux potentiels de garde. Dans les appellations de plaine, on trouvera des vins gourmands et ensoleillés. Les blancs seront sur le même registre avec de belles réussite sur Limoux, La Clape et surtout Corbières.

Roussillon :

Pas de gros soucis de gel ni de sécheresse comme son voisin du Nord, le Roussillon tire son épingle du jeu sur la plupart des appellations encore plus sur les IGP qui produisent les vins les plus aboutis. Une belle année pour les vins à base de Macabéo surtout pour les Maury autant sur les VDN que sur les vins classiques.

Sud-Ouest

Beau millésime pour toutes les appellations qui ont échappées au gel de printemps (jusqu’à 90% de perte par parcelle). Pour les rouges, Madiran, Cahors, Fronton offrent de belles réussites même si les potentiels de garde ne seront pas extraordinaires. Les blancs secs sont également au rendez vous, et les moelleux pourront être mis en cave.

Bordeaux

Grosse perte sur les quantités due au gel de fin avril. Médoc et Haut Médoc sortent leur épingle du jeu et donneront de beaux vins concentrés à boire assez rapidement. Un peu plus compliqué sur les autres appellations, ou quelques réussites individuelles seront à dénicher lors des dégustation.

Vallée de la Loire

Un printemps compliqué a fait que les quantités sont moindres voire inexistantes chez certains vignerons. Les rouges à base de Cabernet Franc (Bourgueil, Chinon) seront généreux et pourront aller en cave. Les blancs secs, encore plus ceux à base base de Chenin, seront agréables et séduisants. L’arrière saison n’a pas permis de produire de grands vins moelleux, ceux ci seront très faciles et agréables.

Laisser un commentaire

Création Jazz Communication 2018 – Rédaction Christophe FAUST

© Christophe FAUST – Reproduction interdite sans autorisation – Mentions légales

Christophe FAUST est membre du réseau
Made in Moselle-Est